France,  Ile-de-France,  Paris

Les apparitions de La Dame à la Licorne

C’est au musée de Cluny à Paris que je me suis rendu ce week-end pour voir enfin la célèbre Dame à la Licorne !

Réalisée autour de 1500, ce chef d’œuvre mettant en scène une femme et une licorne, est composé de six grandes tapisseries. Elles représentent chacune un des cinq sens (dans l’ordre : le toucher, le goût, l’odorat, l’ouïe et la vue). La sixième, le sixième sens, est nommé ici : “Mon seul désir”, de par son inscription en haut du chapiteau.

Dans la première, la femme touche la corne de la licorne ainsi que l’étendard (le toucher), ensuite elle donne à manger à un oiseau (le goût), puis elle conçoit une couronne de fleurs (l’odorat), elle joue de l’orgue (l’ouïe) et enfin, elle montre le miroir à la licorne afin que cette dernière voit son reflet (la vue). Dans la dernière (le sixième sens), l’explication est plus complexe. La femme semble déposer un collier dans un coffre qu’on lui tend. Beaucoup de théories nous mènent à penser que cette scène représenterai l’hésitation, les choix et les décisions.

Énigmatiques et fantastiques, elles vont susciter beaucoup de curiosité dès les années 1800. L’écrivain et historien Prosper Mérimée les fait même alors classer monument historique.

Les détails, les couleurs, la finesse de réalisation rend cette œuvre magnifique mais aussi mystérieuse avec ses nombreux symboles et créatures qui partagent la scène avec la Dame.
Un véritable bestiaire orne les tapisseries. On y voit un chien, un oiseau, un singe, une chèvre, un lapin, un renard, des lions et bien sûr, la licorne. Cette dernière étant le symbole de l’imaginaire par excellence, elle est aussi un symbole de pureté. C’est une créature divine et magique.
Tout un monde imaginaire qui souhaite transmettre un message et des symboles ficelés autour du thème des sens. Pas étonnant non plus qu’elle soit aussi considérée par certains alchimistes comme étant une œuvre cachée du Grand-Œuvre. Beaucoup de poètes et d’écrivains en écriront des histoires et donneront leurs propres interprétations jusqu’à aujourd’hui, notamment dans le monde du cinéma.

Le premier film qui vient en tête lorsqu’on évoque cette œuvre est bien sûr Harry Potter. Les tapisseries recouvrent les murs de la salle commune des Gryffondor. La saga étant bourrée de symboles magiques et fantastiques, il n’est pas étonnant que ces tentures aient été choisies. Pour ne pas la rater, elles sont visibles de nombreuses fois dans Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé.

Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé
Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé
Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé

On peut également voir la tapisserie dans le film des studios Walt Disney : La Belle au Bois dormant. On aperçoit au tout début du générique, derrière le livre qui s’ouvre, le lion et la licorne de la tapisserie de l’odorat.

La Belle au bois dormant

Il existe d’autres apparitions de la Dame à la Licorne, je mettrai à jour cet article au fur et à mesure de mes trouvailles ! En attendant, n’hésitez surtout pas à aller voir cette œuvre au musée de Cluny à Paris. Il est en travaux mais la salle dédiée aux tapisseries est, elle, toujours ouverte !

Musée de Cluny
28 rue du Sommerard
75005 Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

1 + 6 =