Dans le monde,  Ecosse

Dans le cimetière de Greyfriars

Classé comme le plus hanté du monde, le cimetière gothique de Greyfriars regorge de petits trésors ! Des fantômes à la saga Harry Potter, je vous emmène en promenade parmi les morts…

Le Poltergeist de MacKenzie

C’est en 1999 que tout à commencé, lorsqu’un sans abri à trouvé refuge dans le cimetière. Il s’abrita dans le caveau de George MacKenzie et fini par tomber dans le trou se trouvant au sol, réveillant ainsi le fantôme de cet homme tyrannique et barbare. Seigneur avocat pendant le règne de Charles II, il fut à l’origine de nombreuses morts et tortures. En 2014, des adolescents entrèrent dans son mausolée pour profaner sa tombe. Depuis, de nombreuses superstitions planent. Certains racontent voir son fantôme, d’autres auraient eut des marques ou des griffures sur leur corps après être passé devant sa sépulture. Je dois dire que cette histoire fait froid dans le dos surtout lorsqu’on s’approche pour tenter d’apercevoir quelque chose derrière les barreaux. Nous y sommes allés le jour de Samhain, une citrouille était plantée sur un pique juste à côté de son tombeau.

Tombeau de George MacKenzie

Les inspirations de J.K Rowling

Lorsqu’on se promène dans Édimbourg, on ne peut s’empêcher de remarquer toutes les inspirations de J.K Rowling pour l’écriture d’Harry Potter. Du chemin de traverse au collège George Heriot, en passant par l’architecture en général de la ville, on s’attendrait presque à voir un sorcier sur son balai ! Mais c’est également dans ce cimetière que l’autrice aurait trouvé certains noms pour ses personnages. En errant entre les tombes, on peut trouver celle d’un certain Potter, Moodie, Scrymgeour, Sirius Black, Riddell, Fletcher, Flint, Crookshanks ou encore d’une certaine Ariana et McGonagall. C’est donc parti pour une petite chasse au trésor parmi les tombes. Certaines sont plus difficile à trouver. Celle de Sirius Black n’a plus sa plaque, mais son nom a été écrit à la place pour ne pas manquer son emplacement.

Scrymgeour
Sirius Black / Riddell
McGonagall / Ariana

Les meurtres de Burke et Hare

C’est dans les années 1820 que les deux comparses William Burke et William Hare commencent leur trafic. Edimbourg était une ville riche en savoir et la médecine est en plein essors à ce moment là. Elle devint très importante et de grand médecins s’y formèrent. Burke et Hare, en besoin d’argent, commencèrent à vendre des cadavres aux scientifiques afin de leur apporter des corps à disséquer et à étudier. Très bonne source de revenu, ils entreprirent alors d’ouvrir les tombes des cimetières et de récupérer les corps fraîchement enterrés pour de les vendre. Ils profanèrent énormément de tombe. Ce trafic se sut très vite. Des grilles ont commencé à être installée afin d’éviter leur ouverture, comme on peut en voir dans le cimetière de Greyfriars.

Burke et Hare avaient soif d’argent. Toujours plus. Mais les corps devenaient plus rare et plus difficile à prendre dans les cimetières. C’est là qu’ils passèrent à l’étape supérieur: tuer des innocents, notamment des sans-abris, une prostitué, des personnes âgées ou malades pour vendre leur corps. Ils commirent 17 crimes, jusqu’à être arrêtés en 1828. C’est finalement Burke qui fut condamné à mort. Hare réussit à y échapper en témoignant contre son coéquipier. Burke fut pendu le 28 janvier 1829. Ironie du sort, son corps fut donné à la science. Il se trouve encore à la faculté de médecine d’Édimbourg. Quand à sa peau, elle fut utilisée notamment pour la confection d’une couverture de livre encore visible elle aussi. Cette enchaînement d’horreur fait des deux hommes les criminelles les plus connus d’Écosse !

Bobby, le chien fidèle

Bobby fut l’heureux petit chien de l’officier de police John Gray. Ensemble, ils arpentaient la ville, la surveillaient et protégeaient la population. Inséparables, Bobby devint le fidèle compagnon de John. En 1858, deux ans après la naissance du petit chien, son maître mourra de la tuberculose. Le jour de l’enterrement, l’animal suivi le cortège puis veilla sa tombe. Plusieurs jours passèrent et Bobby restaient toujours assis près de son défunt maître. Les animaux étant interdit dans le cimetière, le gardien dû le sortir avec peine et tristesse. Mais le chien revenait toujours. Plusieurs ont essayé de l’adopter sans succès. Le chien hurlait, se débattait et revenait chaque fois parmi les tombes. 14 ans passèrent avant qu’il ne meurt à son tour. Une statut à l’entrée du cimetière fut alors érigée en son honneur. Bobby devint un symbole de loyauté et de fidélité pour les Écossais.

Bobby

Les magnifiques tombes et ornements

Parce que l’art gothique me fascine et que ce cimetière regorge de magnifique symboles, pierres tombales et autres ornements, voici une petite compilation de photos inspirantes !

Lire : Édimbourg, sombre et mystérieuse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

− 1 = 6