La légende du Loch Ness

Le monstre du Loch Ness est une légende qui dure depuis 15 siècles. De quoi nous faire travailler l’imagination depuis notre enfance. Un lac mystérieux au milieu de l’Ecosse, abritant un monstre dans ses profondeurs obscures qui ne cesse de faire rêver les plus créatifs et les plus curieux. Même si beaucoup affirment l’avoir vu de leurs propres yeux, beaucoup de théories nous démontre l’inexistence du monstre… Et vous? Vous y croyez ?



Depuis des siècles, il est transmis aux enfants de ne pas se baigner dans les eaux noires des lacs. Un monstre marin nommé Kelpie, sorte de malin à tête de cheval y hanterai les profondeurs.

La légende du Loch Ness, elle, démarre le jour où le moine Irlandais St Colomban raconta qu’il sauva un de ses disciples du monstre. Ce dernier en voulant traverser le lac à la nage pour récupérer une barque échouée, se serai fait brusquement surprendre par un monstre, rugissant, la gueule grande ouverte. Le moine se serait mis en travers et invoqué Dieu de l’épargner.



Depuis des témoignages de plus en plus nombreux ont animé les imaginations et les unes des journaux. La population connaît alors l’éventuelle existence d’un monstre. Nous sommes en 1933.

La plupart des témoignages donnent une description similaire du monstre : il mesurerait environ 5 mètres de long, de couleur grise, aurait un long cou, une très grande queue et quatre nageoires. Cette description est curieusement très proche de celle du plésiosaure, un dinosaure marin vieux de 190 millions d’années. Les rumeurs sont alors multipliées jusqu’à en faire le tour du monde. Aux quatre coins du globe, tout le monde connaît Nessie et sa légende. Des scientifiques de plusieurs nationalités viennent explorer le lac à la recherche du monstre ou d’un simple indice. Des années que beaucoup essaient mais personne n’a encore rien vu. Des équipements ont été mis en place comme des radars ou des sondes pour capturer d’éventuels sons, mais le lac continue de rester paisible.


En 1934, le chirurgien Robert Wilson diffuse une photographie représentant le monstre. Une découverte qui fait du bruit puisque c’est le premier cliché qui montrerait enfin à quoi ressemble Nessie (image que l’on peut voir sur la première coupure de journal du Daily Mail ci-dessous). Pendant soixante ans, cette image illustrera toutes les analyses et les recherches des scientifiques.



Une vidéo prise en 1960 par Tim Dinsdale, confirme une fois de plus le mystère : on y voit une ombre de très grande taille avancer à la surface de l’eau. Mais la qualité étant très faible, le doute est toujours présent…


En 1961, Peter Scott, connut pour avoir été l’un des fondateurs de l’association WWF, créa un groupe d’étude nommé NIB : Nessie Investigation Bureau. Avec de nombreuses ressources et moyens techniques, il dévoilera en 1972 une photo où l’on aperçoit une forme qui pourrait être une nageoire :



Persuadé de son existence, le technicien américain Dan Taylor fabrique alors un sous-marin pour tenter de voir le monstre. C’est en 1969, qu’en remontant à la surface il affirme l’avoir vu mais ne fournit aucune preuve. Il créé alors un deuxième sous-marin afin de récupérer des échantillons de peau. Malheureusement, ses recherches n’ont pu aboutir puisqu’il mourut quelques temps après.


Mais en 1991, scandale avec Christian Spurling qui annonce qu’il a participé à la création du monstre en carton de la célèbre photo, avec Robert Wilson et Marmaduke Wetherell. Une déception immense que confirmera Robert sur son lit de mort en 1994 : cette photo n’était rien d’autre qu’une supercherie.


Beaucoup de scientifiques ont tenté de prouver son existence par tous les moyens. Mais d’autres ont également travailler sur le fait que ce serai impossible. En effet, plusieurs points démontrent qu’aucun animal de cette taille ou de cette espèce pourrait vivre dans le Loch Ness. Pour commencer, c’est un lac oligotrophe. C’est à dire qu’il est très pauvre en ressources nutritionnelles. La lumière pénètre difficilement et la végétation est quasi nulle. La présence de poissons est du coup très limitée. Il est donc impossible qu’un tel monstre puisse se nourrir dans le temps et perdurer.

De plus, le lac se trouvant à 16 mètres au-dessus de la mer, il n’y a aucun moyen qu’un animal de cette taille puisse faire les aller-retours par un canal. Si c’était le cas, le canal serait trop grand pour que le lac ne se vide pas en un rien de temps dans la mer. Des animaux plus petits peuvent emprunter ce chemin comme les phoques par exemple. D’ailleurs, plusieurs théories démontrent que le monstre ne serait en fait qu’un phoque égaré. Son anatomie rappelle celle de Nessie : couleur grise / marron, corps tout en longueur et nageoires. En ajoutant les illusions d’optiques rendue par l’eau, la brume et autres facteurs, cela pourrait rendre cet animal plus impressionnant.

Si son apparence nous fait dire qu’il peut s’agir d’un plésiosaure, encore une fois cela reste impossible. Espèce éteinte il y a plus de 65 millions d’années, il aurait fallu qu’il survive au temps. Mais le doute peut encore surgir quand on sait que l’Ecosse était sous la glace pendant la période glacière. Aurait-il donc été piégé dans la glace et conservé tout ce temps?


Un tas de mystère résolus et non résolus qui ne cesseront jamais de nous fasciner, tant que nous l’aurons pas trouvé…


Quelques photos de mon escapade au Loch Ness :

Musée consacré au monstre du Loch Ness situé juste à coté du Lac à Inverness.



0 commentaire